2.7.15

Edith (Les Crèvecoeur #1)

::1::  ::2::  ::3:
                                          DE : Antonia MEDEIROS
EDITION : La Bourdonnaye (2014)
PAGES : 184
LANGUE : Français
LIEUX : Paris, Bayeux (FRANCE) 
PERSONNAGE(S) : Raphael Crèvecoeur, Germain Crèvecoeur, Edith Gervais Crèvecoeur
THEMES : Famille | Historique | Héritage
Résumé de l'édition
Germain Crèvecœur, l’un des plus grands créateurs de chaussures pour femmes du XXe siècle, vient d’être retrouvé pendu. L’artiste adulé, mais pourtant tristement solitaire, lègue tous ses biens à son fils caché, Raphaël. Ces richesses comprennent une maison étrange aux murs couverts de souliers féminins et des lettres dans lesquelles le défunt dévoile le roman de sa vie ainsi que ses plus terribles secrets… Tout commence en 1915, avec Édith, femme magnifique et forte, mariée malgré elle à Romain et secrètement amoureuse d’Hektor. Le premier est un cordonnier fétichiste et dangereux, le second un soldat allemand de la Grande Guerre, ennemi de la patrie. Mais l’amour, apatride, se joue des frontières comme des convenances. Entre passions et intrigues familiales, la saga des Crèvecœur est un hymne à la beauté féminine autant qu’un voyage dans le cœur meurtri d’un homme à la sensibilité unique, qui pensait soigner son âme au fond d’une bottine pour dame.
Mon avis

Le temps comme suspendu s'est arrêté, quelqu'un a tapé à la porte. Raphaël Crèvecoeur, la vingtaine, aime la solitude, seul dans sa chambrette, il s'interroge.
Il décide d'ouvrir la porte, il ne le sait pas encore, ce geste si anodin, va bouleverser son quotidien. Une seule action est la boîte de Pandore a été ouverte.

Le lecteur est comme lui : désemparé. En acceptant, un héritage, il peut apprendre un peu sur sa vie, sur celle de Germain Crèvecoeur, cet homme qui se dit son père. Germain lui lègue son passé, Raphaël ne sait pas de quoi il en retourne, c'est ce que l'on va en partie découvrir dans ce tome. Ce tome permet de comprendre, le mystère sur l'héritage de Raphaël – qu'est ce qu'on lui a légué ? C'est le début d'une aventure mais c'est aussi au travers cette saga, la réponse au geste de Germain au début de ce roman – je ne dis rien, je vous laisse découvrir.

Mais plus que tout, le tome 1, Edith est une invitation à une épopée familiale. Tout débute dans les années 1910. Edith n'est pas qu'un simple nom, posé sur la couverture pour faire jolie. Edith, c'est la mère de Germain. C'est le pivot de l'histoire, c'est le point de départ de l'arbre généalogique du jeune homme.
Grâce à cette entrée en matière, on apprend un peu sur les aïeux de Raphaël, sur l'univers d'Edith avant que Germain naisse. On découvre Bayeux, au temps de la Première Guerre Mondiale. Même si cette immersion est trop courte à mon goût, l'ambiance sordide de la maison des Gervais/Crèvecoeur apporte incontestablement sa touche à l'univers si bien décrite par l'auteure. Le lecteur a le vertige rien qu'en pensant à cette maison, si normale d'apparence mais dont les habitants ignorent encore tous les recoins...

Sans rentrer dans les détails car ce roman – malheureusement – ne contient que 180 pages ! Le premier roman d'Antonia MEDEIROS est un prélude à une saga où un malaise s'installe, où l'univers de la chaussure n'aura plus de secret. On s'amuse à chaque fin de phrase, à essayer d'anticiper la suite, comme raccroché à ses mots, je voulais rentrer dans ce monde et voir, un peu cette vie d'Edith. On devient curieux. Certains passages se terminaient abruptement, voir tranchaient carrément avec le style qui me plaisait tant (SPOILER : la facilité pour se débarrasser des parents d'Edith m'a parut peu crédible notamment) et me laisser sur ma fin alors que d'autres au contraire, même s'ils étaient courts étaient suffisants.
Romain, le mari d'Edith y fait son apparition mais cet homme sera le centre d'attention du deuxième tome. Un personnage froid qui est difficile à cerner et qui laisse une petite touche d'angoisse, tellement il semble versatile.

Ce que j'ai aimé dans ce roman est le style très proche des auteurs de la génération perdue. À l'instar de ces auteurs, ce tome plante le décor, c'est un bout de vie d'une famille où la folie n'est jamais très loin. Pour la comparaison avec ces auteurs, je retrouve les longues descriptions, le ton assez ironique qui me plait dans leurs livres. Dès le départ, Germain est le narrateur pour s'effacer ensuite mais lorsqu'il prend "la parole", on ressent son amertume, il a l'air étrange mais touchant...
En revanche, j'adhère moins pour la couverture même si la photo est sublime (dommage qu'elle soit petite), je serai surement passé à côté de ce livre...Je sais que ce n'est pas bien mais si vous me suivez un peu, vous remarquerez que je suis une maniaque de l'esthétisme des couvertures ! J'aime quand la couverture décrit parfaitement l'univers...De plus comme le souligne le blog Une tasse de culture et je suis d'accord sur ce point, le résumé en dévoile un peu trop...

Avec ce premier tome, soit on adhère et comme insatiable, on veut en apprendre plus – la fin d'ailleurs se finit dans de telle condition que l'on se retrouve obliger de prendre le tome 2 pour en apprendre davantage  ; OU au contraire, on n'aime pas, on s’ennuie et l'on s'oblige à continuer en espérant l'étincelle...Vous l'aurez compris, j'ai été dans le premier cas et dès la fin de cette lecture, j'ai continué avec Romain, le tome 2. Ce tome, on le sait et celui qui va tout faire basculer, il va permettre aux lecteurs d'avoir enfin la réponse ou du moins une partie de celle-ci...

Bien que j'ai été contactée par l'auteure pour découvrir en service presse, cette saga, cet article n'a pas écrite sous la contrainte et tout ce que je note a été dit sincèrement. Si je ne l'avais pas aimé, je ne l'aurais pas caché !

 © Melleaurel

22 commentaires:

  1. Je n'ai pas pu me lancer dans le tome 2 à la fin du 1 car j'avais des lectures pour le boulot mais je ne vais pas traîner pour le lire car j'ai hâte de retrouver les personnages (même si Romain est sordide) et l'ambiance ! C'est un très beau billet :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! Oui comme je l'avais sous la main, je l'ai un peu continué comme si c'était le même livre ! ;)

      Supprimer
  2. Saga familiale = lecture parfaite pour l'été :) Ton billet me donne énormément envie de découvrir cette auteure. Je pense que cette saga pourrait grandement me plaire. Merci pour la découverte et ce joli billet !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien ! Oui, tu as raison et les livres ne sont pas longs ! ;)

      Supprimer
  3. Ah oui 180 pages ça ne fait pas forcément beaucoup mais c'est cool que tu ais pu te lancer tout de suite dans le second pour avoir tes réponses

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si je ne l'avais pas eu dans ma PAL, je l'aurai surement commandé dès la fin de ma lecture ;)

      Supprimer
  4. Je me suis fait exactement la même réflexion sur la couverture! La photo est magnifique, pourquoi elle n'est pas plus grande?
    Et j'aime pas trop quand les résumés spoilent trop l'histoire.
    J'ai hâte de découvrir ton ressenti sur le tome 2.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! Mon avis sur le tome 2 va arriver très bientôt ! ;)

      Supprimer
  5. Hummm... ça pourrait me plaire! :)
    Merci pour ta chronique!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien ! Il faut tenter pour savoir ;)

      Supprimer
  6. Le sujet (les chaussures) m'intrigue, et j'aime les sagas qui tournent autour du savoir-faire des personnages. Je note ce titre. Je n'ai pas osé lire ton avis sur le tome 2, de peur de trop en apprendre :-).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce tome est une excellente entrée en matière et il est court donc il a tout pour séduire !

      Supprimer
  7. Je vois cette saga partout et j'aimerais beaucoup la tenter :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as bien raison ! Une très belle découverte !

      Supprimer
  8. Ton article est le deuxième que je lis sur ce premier tome et je suis deplus en plus tentée, je dois bien l'avouer !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il y a de nombreux SP et je n'ai pas encore lu un avis négatif ! C'est bon signe !

      Supprimer
  9. Très intéressante découverte, une belle chronique qui donne envie et un roman court qui a l'air de se dévorer :) alors pourquoi pas? :)
    Bonne prochaine lecture Bisous :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est un des arguments pour craquer : peu de pages !

      Supprimer
  10. Je ne connaissais pas, mais j'ai bien envie de découvrir des sagas familiales, alors je le note :)
    Merci pour ta chronique :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien ! Bonne découverte alors ;)

      Supprimer
  11. J'aime beaucoup les sagas familiales, donc pourquoi pas ! En revanche, 180 pages pour un premier tome, c'est bien court ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est pourquoi que j'encourage de lire les deux premiers comme un ! ;)

      Supprimer

Merci pour vos messages <3